ArchéoTaupe

Archéothèque

Le nom archeologie.biz a été déposé après avoir constaté que la science archéologique (c’est-à-dire l’étude de l’objet fabriqué par l’homme) et son application sont bien souvent méconnues, y compris par les chercheurs, faute de réflexion épistémologique [1].

Pourtant, de nombreux scientifiques tels que J.-Cl. Gardin, L. Frédérick, P. Courbin, A. Gallay et bien d’autres ont travaillé sur les questions fondamentales propres à élever l’archéologie en tant que science. En effet, comment travailler rigoureusement si on n’a pas précisément défini l’objet de son étude, la méthode de travail qui l’accompagne ainsi que les outils à sa disposition et leur mise en œuvre ? À la suite de ces pionniers, des archéologues comme J.-Cl. Margueron, Ph. Bruneau et P.-Y. Balut poursuivent aujourd’hui les études afin de compléter, de préciser et d’affiner ces premiers travaux, une science étant par nature vivante. Les travaux de ces grands hommes restent pourtant méconnus quand ils ne sont pas ignorés, ce qui contribue à ce qu’aujourd’hui encore l’archéologie ne soit pas reconnue comme une science mais plutôt comme une discipline auxiliaire de l’histoire, voire comme un simple passe-temps tout juste bon à augmenter les collections publiques ou privées. Nous ne pouvons développer la question dans le cadre de cette présentation mais nous y reviendrons ultérieurement dans des articles spécifiques.

Par ailleurs, la formation des étudiants manque encore d’exercices pratiques suivis qui les amèneraient à se poser immanquablement les questions fondamentales dont nous avons parlé et à en intégrer les réponses. Un enseignement pratique autant que théorique aurait pour effet l’obligation d’une réflexion épistémologique seule capable d’éviter les confusions entre histoire de l’art [2], histoire [3], philologie [4] et toutes les sciences et disciplines dont nous ne connaissons bien souvent ni les tenants ni les aboutissants. Outre des difficultés à rendre un travail cohérent, la conséquence de ces confusions en est leur diffusion auprès du grand public par les médias mêlant désignations scientifiques, titres honorifiques et titres de métiers.

En vérité, sur quoi travaille l’archéologue exactement ? Pourquoi faire ? Quelles sont les différences entre l’archéologie, l’histoire, l’histoire de l’art et les autres sciences humaines et quelle est la place de l’archéologie parmi celles-ci ? Autant de questions qui ont amené et qui amènent encore nombre de jeunes archéologues au chômage, faute de statut clair de la discipline, parmi les catégories institutionnelles des métiers.

Le projet Archéothèque : Portail d’information en archéologie se propose de rétablir, dans une certaine mesure, ce manque de réflexion et de débat par l’intermédiaire d’un portail et d’articles informatifs consultables gratuitement.

Le portail se composera de deux parties :

  1. l’une concernera un moteur de recherche critique et d’interrogation par mots-clefs précis (y compris les termes spécialisés) des sites intéressant l’archéologie, que cela soit pour les chercheurs (liens vers les bibliothèques du monde entier, les catalogues de thèse et d’objets des musées, des dictionnaires en ligne, des entreprises de traduction, graphisme, etc. ayant travaillé en étroite collaboration avec des archéologues) ou pour les enfants (liens vers des sites éducatifs sérieux, des associations proposant des stages de découverte, etc.).
  2. l’autre sera un annuaire des spécialistes du monde entier, classé par domaine scientifique (archéologues, épigraphistes), spécialités (égypte pharaonique, hittites) et mots-clefs. La précision des renseignements dépendra évidemment des renseignements fournis par les sources consultées.

Les articles fourniront des informations sur les objectifs, la formation, les débouchés, la bibliographie élémentaire en archéologie et bien d’autres sujets orientés sur l’information relative à la science et au métier d’archéologue.

L’idée de ce projet étant mue par le désir d’apporter des réponses à tous ceux qui travaillent en archéologie, une belle part est donnée au monde de la recherche (spécialistes ou amateurs éclairés) mais nous n’en oublions pas pour autant l’attraction que l’archéologie produit sur les juniors. Qu’ils sachent qu’ils auront aussi leur part, et en particulier une information efficace en matière d’orientation. D’autres sections pourront s’ajouter au fur et à mesure en fonction de l’avancée des travaux et de la taille de notre équipe.

Cette entreprise nécessitant beaucoup de temps, autant pour la conception que pour la réalisation, le site ne verra le jour que petit à petit. Toutes les idées et informations sont les bienvenues à condition de respecter les critères suivants : la fiabilité du contenu du site proposé et le lien avec l’archéologie. Par exemple, un travail sur les animaux ne nous intéressera qu’à partir du moment où il utilisera les compétences d’un archéologue. Ainsi, l’adresse web du catalogue en ligne de la bibliothèque du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris constitue bien un outil intéressant l’archéologie (l’identification des statues d’animaux fabriquées par l’homme nécessite un minimum de connaissances zoologiques [5], sans parler de l’archéozoologie [6]).

En revanche, un article sur les animaux sauvages vivant au début du Tertiaire n’aura a priori aucun intérêt pour l’archéologie (à moins de nous démontrer le contraire ou par un bel article sur le sujet ;-), ou par l’intermédiaire du formulaire de dépôt une fois le site opérationnel). Toutes les propositions et articles seront bien entendu soumis à vérification auprès de notre équipe afin de vous procurer le meilleur de l’information.

[1] Épistémologique : relatif à l’épistémologie dont l’objet est l’étude critique des sciences humaines.

[2] Histoire de l’art : Discipline s’intéressant, dans une perspective historique, à ce qu’elle considère comme oeuvre d’art.

[3] Histoire : Science dont l’objet d’étude porte sur les écrits humains (à ne pas confondre avec l’Histoire qui désigne en réalité l’Histoire Universelle).

[4] Philologie : Science dont l’objet d’étude porte sur les différentes langues humaines dans leur aspect historique et grammatical.

[5] Zoologique : Relatif à la zoologie dont l’objet est l’étude des animaux.

[6] Archéozoologie : Discipline dont l’objet est l’étude des relations de l’homme avec le monde animal dans le passé (L. Chaix et P. Méniel, Élément díarchéozoologie, 1996, Paris, p. 7).