ArchéoTaupe

Archéologie et Modernité à La Moquette

mercredi 25 février 2009.

Archéologie et Modernité
Soirée pour Les Compagnons de la nuit
Espace La Moquette, Paris
Mercredi 18 Février 2009 - 21h30-24h00

Suite à une rencontre éclair lors du Forum des Associations de Paris en Octobre 2009, Frédéric Signoret m’avait proposé d’intervenir un soir à l’espace des Compagnons de la Nuit ayant apprécié ce qui représentait à ses yeux un discours avant-gardiste sur la recherche archéologique. L’élément fondamental de notre échange portait alors sur la réintégration de la recherche archéologique dans le quotidien de Monsieur et Madame tout le monde comme vecteur d’identité.

Début Décembre, il me relançait, et je le remercie de s’être non seulement rappelé de notre rencontre, mais aussi d’avoir ainsi montré son intérêt pour le sujet. D’ailleurs, c’est lui-même qui m’a proposé d’intituler cette soirée Archéologie et Modernité et ne trouvant pas mieux, je ne pouvais qu’acquiescer.

Grâce à Frédéric et à l’équipe, ce fut une belle soirée à laquelle, je pense, les participants ont pris autant de plaisir que moi-même à échanger. Évidemment, il fut difficile de sortir de l’association Archéologie = Passé lointain et de celle récurrente Archéologie = Paléontologie, mais le plus important a pu être transmis, c’est-à-dire l’archéologie comme un des points de référence dans notre quotidien avec les avantages et les dérives que cette position représente.

Si aujourd’hui les utilisations de l’archéologie à des fins idéologiques se font de plus en plus jour [1], il ne faut pas méconnaître que nous avons tous eu des cours d’Histoire sous quelque forme que ce soit. Mêlant connaissances historiques, archéologiques, ethnologiques, philologiques... ou tout simplement expériences sur le passé d’une société donnée, ce rapport au passé, donc à l’expérience et à un regard sur notre environnement, contribue à nous structurer et à structurer notre regard sur l’autre [2]. C’est dans ce sens que j’ai eu l’occasion de dire quelques mots sur le travail de l’association ArkéoTopia, une autre voie pour l’archéologie (www.arkeotopia.org).

J’ai été agréablement surpris de la qualité des échanges de la soirée. Contrairement à d’autres interventions, le public n’hésitait pas à poser des questions à la fois pertinentes et argumentées de références. Des échanges comme ceux de cette soirée du 18 Février montrent aussi le travail d’information que nous, chercheurs, avons à faire, ainsi que l’intérêt profond du public pour la recherche archéologique dans une société parfois en manque de repères.

Merci encore à Frédéric Signoret et à l’équipe des Compagnons de la Nuit pour leur accueil et pour avoir laissé une place à l’archéologie dans un espace qui a tout de l’agora ou de la place du village, un soir de fête fort apprécié autant que le lieu que je promets de faire mieux connaître dès maintenant.

Pour les agitateurs d’idées, je ne peux que vous engager à suivre la programmation en téléchargeant le programme de Janvier-Mars 2009.

[1] Dernièrement, c’est la collusion entre l’idéologie nazie et l’archéologie qui a été formalisée et médiatisée avec la publication du colloque de Legendre J.-P., Olivier L. et Schnitzler B., Le sang et le sol. L’archéologie nazie en Europe de l’Ouest, Acte du Congrès de l’Association des Archéologues Européens, 2007 (voir aussi Arnaud B., « L’archéologie complice du nazisme », Sciences et avenir 724, Paris, juin 2007, p. 80-84).

[2] Voir par exemple : Centre régional de documentation pédagogique et Musée de la civilisation celtique, L’archéologie, instrument de politique ? Archéologie, histoire des mentalités et construction européenne, Actes du colloque de Luxembourg, 16-18 novembre 2005, Musée d’art et d’histoire du Luxembourg, Dijon, 2006. ; Demoule J.-P., « L’archéologie dans la société : les responsabilités des archéologues » in : Demoule J.-P., Giligny F., Lehoërff A. et Schnapp A., Guide des méthodes de l’archéologie, Paris, 2005, p. 234-250 ; Demoule J.-P. et Stiegler B., L’avenir du passé, modernité de l’archéologie, Paris, 2008 ; Jockey Ph., L’archéologie, Idées reçues 162, Paris, 2008.